digital2« Digitalisation ». Ce terme est en vogue depuis quelques années dans tous les médias. Aujourd’hui, on en parle aussi dans le domaine de la supply chain et pour cause, cette  « digitalisation » amène un certain nombre de changements dans l’exercice de notre métier au quotidien.

Avant de parler plus spécifiquement du cas de la supply chain arrêtons-nous un peu sur ce que ce terme signifie. Le site stratégies.fr définit la digitalisation comme la « numérisation de l’offre et de toute la chaîne de création de valeur ». En d’autres termes quand nous parlons de digitalisation nous évoquons toute cette dématérialisation des supports, l’augmentation de l’interconnexion entre les acteurs d’un marché, l’exploitation de toujours plus de données pour améliorer la prise de décision  etc…

Si on regarde les activités supply chain des entreprises on observe pour la plupart une multitude d’entités locales qui travaillent à la fois avec des outils IT « globaux » (permettant un accès aux données sur l’ensemble des entités), mais également avec des outils IT « locaux » uniquement disponibles sur le site d’utilisation et enfin, avec encore beaucoup « d’outils papiers ».  La digitalisation des activités supply chain va donc en partie répondre à une logique de décloisonnement des entités et d’une mise en place d’outils numériques transversaux.

Comment se traduit la digitalisation

digital1Comme nous l’évoquions juste avant, la digitalisation évoque une numérisation des supports de travail. Dans le domaine de la supply chain la traduction de cette évolution des méthodes de travail va se manifester par :

  1.  l’usage de solutions informatiques en mode cloud ou Saas.
  2. l’usage de solutions « analytics » permettant d’exploiter les données collectées.
  3. la robotisation des opérations à faible valeur ajoutée.
  4. l’accentuation d’usage d’outils collaboratifs.
  5. l’usage d’équipements dits « Atawad » sur le terrain.

Les impacts de la digitalisation

Toutes ces évolutions vont permettre aux entreprises de travailler sur trois aspects :

  • La communication : via l’exploitation des données collectées dans les différents outils et le développement d’outils à destination des acteurs internes et/ou externes les entreprises vont être en mesure d’accélérer la transmission d’informations et ainsi de faire évoluer l’efficacité de celle-ci (ex : transmission en temps réel entre le marketing et la supply de prévisions fiabilisée grâce à l’usage des données marché & entreprise).
  • Les coûts & les niveaux de stocks : l’accélération de la communication et l’arrivée de nouveaux outils va permettre aux organisations d’avoir des solutions leur permettant de suivre en temps réel leurs coûts, d’améliorer leur capacité à être flexible/réactif, de mutualiser certaines parties de processus entre leurs différentes entités et d’améliorer l’efficacité des opérations.
  • Le pilotage des activités : l’amélioration de l’exploitation des données va permettre la mise en place d’outils permettant de fournir des états d’avancement de l’activité ou encore de calculer des prévisions de manière plus fine… La digitalisation va permettre aux managers d’avoir une meilleure visibilité du déroulement des opérations en temps réel.

Vous l’aurez donc compris, la digitalisation apporte des opportunités d’amélioration du fonctionnement des organisations. Cependant un tel challenge nécessite qu’il soit réellement porté par la DSI et la direction générale afin de disposer des moyens pour mettre en œuvre les évolutions souhaitées.